OPERAS & BALLETS
Retrouvez la nouvelle saison 2022- 2023 au Cinéma de Beaulieu dès septembre ! 

 Compte tenu de la situation, nous ne sommes pas en mesure de proposer d’abonnement.

Tarif plein 21€ , tarif réduit (chômeur et – de 25 ans ) 12€

 Réservations : reservation@cinemadebeaulieu.fr, pas de vente de ticket en ligne.

Retransmissions passées :

OPERAS & BALLETS
Saison 2021- 2022 au Cinéma de Beaulieu 

Mardi 21 juin à 19h15

PLATÉE

En direct du Palais Garnier 

Comédie lyrique (ballet bouffon) en un prologue et trois actes (1745)

3h00, 1 entracte

Musique / Jean-Philippe Rameau
Livret / Adrien-Joseph Le Valois d’Orville, d’après Jacques Autreau

Direction musicale Marc Minkowski

Mise en scène Laurent Pelly

Avec Mathias Vidal, Nahuel di Pierro, Marc Mauillon, Julie Fuchs, Tamara Bounazou, Lawrence Brownlee, Jean Teitgen, Reinoud Van Mechelen, ,Adriana Bignani-Lesca

Samedi 4 juin à 14h30

Mercredi 13 avril à 19h45

La Traviata

Depuis le Royal Opera House de Londres 

3 h 40 dont deux entractes, chanté en italien sous titré

Musique Giuseppe Verdi

Livret Francesco Maria Piave

Metteur en scène Richard Eyre

Avec Yende , Stephen Costello , Dimitri Platanias, Kseniia Nikolaieva, David Shipley, Angela Simkin, Germán E. Alcántara , Andrés Presno, Jeremy White 

Samedi 21 mai à 14h30

Aida

Opéra Bastille

Opéra en quatre actes (1871)  de Giuseppe Verdi

3h00, 1 entracte, Vostf italien sous titrée en français

Livret  Antonio Ghislanzoni, d’après Auguste Mariette

Direction musicale  Michele Mariotti

Mise en scène  Lotte de Beer

Avec Soloman Howard, Ksenia Dudnikova, Sondra Radvanovsky, Jonas Kaufmann, Dmitry Belosselskiy, Ludovic Tézier, ,Alessandro Liberatore, Roberta Mantegna

Jeudi 7 avril à 19h15

Cendrillon

En direct de l’Opéra bastille

Opéra en quatre actes et six tableaux (1899) de Jules Massenet

2h40, 1 entracte,

Livret  Henri Cain, d’après Charles Perrault

Direction musicale Carlo Rizzi

Mise en scène Mariame Clément

Avec Tara Erraught, Daniela Barcellona, Anna Stéphany, Kathleen Kim, Charlotte Bonnet, Marion Lebègue, Lionel Lhote, Philippe Rouillon, Cyrille Lovighi, Olivier Ayault, Vadim Artamonov, Corinne Talibart, So-Hee Lee, Stéphanie Loris, Anne-Sophie Ducret, Sophie van de Woestyne, Blandine Folio Peres

Samedi 2 avril à 14h30

Jeudi 10 mars à 20h15

Rigoletto

En direct du Royal Opera House de Londres

3 h dont un entracte

Chanté en italien avec sous-titres français

Musique Giuseppe Verdi
Livret Francesco Maria Piave
Metteur en scène Oliver Mears
Avec Carlos Álvarez, Liparit Avetisyan, Lisette Oropesa, Andrea Mastroni, Ramona Zaharia, Eric Greene, Kseniia Nikolaieva, Dominic Sedgwick, Egor Zhuravskii, Blaise Malaba

Le chœur duRoyal Opera
L’orchestre duRoyal Opera House

Jeudi 3 février à 19h15

Les noces de Figaro

En direct du Palais Garnier – 3h40 avec 1 entracte, VOSTF italien sous titrée en français

Opera buffa en quatre actes (1786) deWolfgang Amadeus Mozart

Livret Lorenzo Da Ponte, d’après Pierre Augustin Caron de Beaumarchais Le Mariage de Figaro

Direction musicale  Gustavo Dudamel

Mise en scène  Netia Jones

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

Avec Peter Mattei, Maria Bengtsson , Ying Fang, Ildebrando D’Arcangelo, Lea Desandre, Dorothea Röschmann, James Creswell, Michael Colvin, Christophe Mortagne, Kseniia Proshina, Marc Labonnette, Andrea Cueva Molnar, Ilanah Lobel-Torres

  Mercredi 15 décembre à 19h15

TOSCA

En direct du Royal Opera House de Londres

Durée : 3 heures et 25 minutes (inclut deux entractes)

Language : Chanté en italien avec sous-titres

Musique Giacomo Puccini

Livret Giuseppe Giacosa and Luigi Illic

Metteur en scène Jonathan Kent

Le chœur duRoyal Opera
L’orchestre du Royal Opera House

Avec : Elena Stikina (Floria Tosca), Bryan Hymel (Mario Cavaradossi), Alexey Markov (baron Scarpia), Hubert Francis (Spoletta), Yuriy Yurchuk (Cesare Angelotti), Jeremy White (Sacristan), Jihoon Kim (Sciarrone)

Jeudi 11 novembre 2021 à 19h30

LA FLÛTE ENCHANTÉE

Opéra Singspiel en deux actes (1791) de Wolfgang Amadeus Mozart

Glyndebourne , 2h53, 1 entracte, VOstf allemand sous titrée en français

Direction musicale:  Ryan Wigglesworth

Mise en scène, décors et costumes: Barbe & Doucet

Livret: Emanuel Schikaneder

Direction musicale: Ryan Wigglesworth

Avec David Portillo, Sofia Fomina, Brindley Sherratt, Björn Bürger, Caroline Wettergreen
Monostatos / Jörg Schneider, Esther Dierkes, Marta Fontanals-Simmons, Katharina Magiera, Michael Kraus, Alison Rose, Thomas Atkins, Martin Snell

En direct du palais Garnier, jeudi 21 octobre 2021 à 19h15

LE ROUGE ET LE NOIR

Ballet en trois actes de Pierre Lacotte, 2h30, 2 entractes

Musique Jules Massenet

Direction musicale  Jonathan Darlington

Livret / Pierre Lacotte D’après le roman de Stendhal

Les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris

Samedi 9 octobre 2021 à 14h00

FAUST

Opéra en cinq actes (1859)  de Charles Gounod

Opéra Bastille, 3h25, 2 entractes

Direction musicale Lorenzo Viotti

Mise en scène Tobias Kratzer

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris
Avec : Benjamin Bernheim, Christian Van Horn, Ermonela Jaho, Florian Sempey, Michèle Losier, Christian Helmer, Sylvie Brunet‑Grupposo, Jean-Yves Chilot

OPERAS & BALLETS
Saison 2021- 2022 au Cinéma de Beaulieu 

 

Compte tenu de la situation, nous ne sommes pas en mesure de proposer d’abonnement.

Tarif plein 21€ , tarif réduit (chômeur et – de 25 ans ) 12€

 Réservations : reservation@cinemadebeaulieu.fr, pas de vente de ticket en ligne.

Mardi 21 juin à 19h15

PLATÉE

En direct du Palais Garnier 

Comédie lyrique (ballet bouffon) en un prologue et trois actes (1745)

3h00, 1 entracte

Musique / Jean-Philippe Rameau
Livret / Adrien-Joseph Le Valois d’Orville, d’après Jacques Autreau

Direction musicale Marc Minkowski

Mise en scène Laurent Pelly

Avec Mathias Vidal, Nahuel di Pierro, Marc Mauillon, Julie Fuchs, Tamara Bounazou, Lawrence Brownlee, Jean Teitgen, Reinoud Van Mechelen, ,Adriana Bignani-Lesca

« Nymphe régnant sur un humide empire » ou « Naïade ridicule » ? Qui est donc cette étrange, créature que Rameau fait chanter dans une tessiture de haute-contre et qui fait voler en éclats, les conventions de l’opéra ? Laide et vaniteuse, la grenouille Platée est victime d’une manipulation des dieux, qui lui font croire qu’elle est aimée par Jupiter. Dans cet opéra composé à l’occasion du mariage du Dauphin Louis, fils de Louis XV, et de l’infante Maria Teresa d’Espagne, réputée disgracieuse, Jean‑Philippe Rameau fait de l’ironie l’arme maîtresse de sa partition. Cette farce cruelle et émouvante revient à l’affiche de l’Opéra dans la production réjouissante et fantasque de Laurent Pelly.

Samedi 4 juin à 14h30

La Traviata

Depuis le Royal Opera House de Londres 

3 h 40 dont deux entractes, chanté en italien sous titré

Musique Giuseppe Verdi

Livret Francesco Maria Piave

Metteur en scène Richard Eyre

Avec Yende , Stephen Costello , Dimitri Platanias, Kseniia Nikolaieva, David Shipley, Angela Simkin, Germán E. Alcántara , Andrés Presno, Jeremy White 

Dans une société glamour et superficielle, une courtisane sacrifie tout par amour. Paris au 19e siècle est une ville de contrastes : glamour et superficialité, amour et désir, vie et mort. La courtisane Violetta chante certaines des arias les plus acclamées de Verdi, parmi lesquelles la joyeuse « Sempre libera », lors de ses rendez-vous poignants et passionnés avec Alfredo Germont. La production de Richard Eyre pour le Royal Opera a récemment célébré 25 années sur la scène du Royal Opera House et revient cette année avec la star renommée de l’opéra Pretty Yende dans le rôle de Violetta.

Retransmissions passées :

Samedi 21 mai à 14h30

Aida

Opéra Bastille

Opéra en quatre actes (1871)  de Giuseppe Verdi

3h00, 1 entracte, Vostf italien sous titrée en français

Livret  Antonio Ghislanzoni, d’après Auguste Mariette

Direction musicale  Michele Mariotti

Mise en scène  Lotte de Beer

Avec Soloman Howard, Ksenia Dudnikova, Sondra Radvanovsky, Jonas Kaufmann, Dmitry Belosselskiy, Ludovic Tézier, ,Alessandro Liberatore, Roberta Mantegna

Créé à l’Opéra du Caire en 1871 pour célébrer l’ouverture du Canal de Suez, Aida nous plonge dans le fantasme d’une Antiquité reconstituée. Au cœur de l’intrigue, un choix impossible entre l’amour et le devoir patriotique : une princesse éthiopienne captive et un militaire égyptien trahissent leur peuple et défient une puissante rivale, s’unissant jusqu’à la mort. Marquée par le contraste entre un spectacle démesuré et la transition vers une dramaturgie de l’intimité, la partition de Verdi réussit à distinguer le drame intérieur de ses protagonistes de l’imposant cadre historique. L’œuvre réunit les thématiques chères au compositeur : la nostalgie de la patrie perdue, la délivrance par la mort, l’opposition entre un présent décevant et un ailleurs idéalisé, le poids des pouvoirs religieux et politiques, éléments régulateurs d’un monde conçu comme un piège. La metteure en scène hollandaise Lotte de Beer, pour ses débuts à l’Opéra national de Paris, choisit de porter un regard critique sur la représentation européenne des peuples colonisés, nous incitant à repenser notre rapport aux productions esthétiques du passé et du présent.

Mercredi 13 avril à 19h45

La Traviata

En direct du royal Opera House de Londres 

3 h 40 dont deux entractes, chanté en italien sous titré

Musique Giuseppe Verdi

Livret Francesco Maria Piave

Metteur en scène Richard Eyre

Avec Yende , Stephen Costello , Dimitri Platanias, Kseniia Nikolaieva, David Shipley, Angela Simkin, Germán E. Alcántara , Andrés Presno, Jeremy White 

Dans une société glamour et superficielle, une courtisane sacrifie tout par amour. Paris au 19e siècle est une ville de contrastes : glamour et superficialité, amour et désir, vie et mort. La courtisane Violetta chante certaines des arias les plus acclamées de Verdi, parmi lesquelles la joyeuse « Sempre libera », lors de ses rendez-vous poignants et passionnés avec Alfredo Germont. La production de Richard Eyre pour le Royal Opera a récemment célébré 25 années sur la scène du Royal Opera House et revient cette année avec la star renommée de l’opéra Pretty Yende dans le rôle de Violetta.

Jeudi 7 avril à 19h15

Cendrillon

En direct de l’Opéra bastille

Opéra en quatre actes et six tableaux (1899) de Jules Massenet

2h40, 1 entracte,

Livret  Henri Cain, d’après Charles Perrault

Direction musicale Carlo Rizzi

Mise en scène Mariame Clément

Avec Tara Erraught, Daniela Barcellona, Anna Stéphany, Kathleen Kim, Charlotte Bonnet, Marion Lebègue, Lionel Lhote, Philippe Rouillon, Cyrille Lovighi, Olivier Ayault, Vadim Artamonov, Corinne Talibart, So-Hee Lee, Stéphanie Loris, Anne-Sophie Ducret, Sophie van de Woestyne, Blandine Folio Peres

Enchanter son époque. Telle pourrait avoir été la volonté de Jules Massenet en mettant en musique le récit de Charles Perrault. Avec Cendrillon, le compositeur livre une œuvre parmi ses plus séduisantes, qui diffère des autres adaptations lyriques du conte. La malicieuse Lucette et les femmes qui l’entourent dictent à l’œuvre sa tonalité, dont les nombreuses nuances valident les mots de Claude Debussy qui voyait en Massenet « l’historien musical de l’âme féminine ». En conférant à la fée le timbre irréel de colorature, en travestissant le rôle du prince chanté par une soprano, le compositeur nous offre un festival vocal porté par une orchestration panachée, oscillant entre finesse mozartienne, citations stylistiques baroques et grandes inflexions romantiques. Pour l’entrée au répertoire de l’Opéra de Paris de Cendrillon, Mariame Clément joue avec la féerie du mythe et réfléchit à la nature profonde des personnages, tout en les affranchissant de leurs étroits costumes et souliers.

Samedi 2 avril à 14h30

Rigoletto

En différé du Royal Opera House de Londres

3 h dont un entracte

Chanté en italien avec sous-titres français

Musique Giuseppe Verdi
Livret Francesco Maria Piave
Metteur en scène Oliver Mears
Avec Carlos Álvarez, Liparit Avetisyan, Lisette Oropesa, Andrea Mastroni, Ramona Zaharia, Eric Greene, Kseniia Nikolaieva, Dominic Sedgwick, Egor Zhuravskii, Blaise Malaba

Le chœur duRoyal Opera
L’orchestre duRoyal Opera House

Dans un monde de décadence et de corruption, le chef d’œuvre de Verdi voit s’affronter pouvoir et innocence avec des conséquences dévastatrices.C’est dans un monde impitoyable de décadence luxueuse, de corruption et de déclin social que le directeur du Royal Opera Oliver Mears plante son décor. Dans cette première œuvre pour sa propre compagnie, Mears transpose le chef d’œuvre de Verdi dans le monde moderne. L’exaltant Rigoletto de Verdi voit s’affronter pouvoir et innocence, beauté et laideur, sous la baguette du chef d’orchestre Sir Antonio Pappano. Cette projection anniversaire spéciale du Rigoletto de Verdi célèbre les 171 ans passés depuis sa première en 1851.

 Jeudi 10 mars à 20h15

Rigoletto

En direct du Royal Opera House de Londres

3 h dont un entracte

Chanté en italien avec sous-titres français

Musique Giuseppe Verdi
Livret Francesco Maria Piave
Metteur en scène Oliver Mears
Avec Carlos Álvarez, Liparit Avetisyan, Lisette Oropesa, Andrea Mastroni, Ramona Zaharia, Eric Greene, Kseniia Nikolaieva, Dominic Sedgwick, Egor Zhuravskii, Blaise Malaba

Le chœur duRoyal Opera
L’orchestre duRoyal Opera House

Dans un monde de décadence et de corruption, le chef d’œuvre de Verdi voit s’affronter pouvoir et innocence avec des conséquences dévastatrices.C’est dans un monde impitoyable de décadence luxueuse, de corruption et de déclin social que le directeur du Royal Opera Oliver Mears plante son décor. Dans cette première œuvre pour sa propre compagnie, Mears transpose le chef d’œuvre de Verdi dans le monde moderne. L’exaltant Rigoletto de Verdi voit s’affronter pouvoir et innocence, beauté et laideur, sous la baguette du chef d’orchestre Sir Antonio Pappano. Cette projection anniversaire spéciale du Rigoletto de Verdi célèbre les 171 ans passés depuis sa première en 1851.

Jeudi 3 février à 19h15

Les noces de Figaro

En direct du Palais Garnier – 3h40 avec 1 entracte, VOSTF italien sous titrée en français

Opera buffa en quatre actes (1786) deWolfgang Amadeus Mozart

Livret Lorenzo Da Ponte, d’après Pierre Augustin Caron de Beaumarchais Le Mariage de Figaro

Direction musicale  Gustavo Dudamel

Mise en scène  Netia Jones

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris

Avec Peter Mattei, Maria Bengtsson , Ying Fang, Ildebrando D’Arcangelo, Lea Desandre, Dorothea Röschmann, James Creswell, Michael Colvin, Christophe Mortagne, Kseniia Proshina, Marc Labonnette, Andrea Cueva Molnar, Ilanah Lobel-Torres

Les Noces de Figaro compte parmi les opéras les plus emblématiques du répertoire. Brahms en parlait comme d’un « miracle » et la plainte de la Comtesse résonne encore aujourd’hui comme une des pages musicales les plus déchirantes. En reprenant la comédie de Beaumarchais qui fut à l’origine d’un scandale qui mit en émoi toute la société parisienne, Mozart et Da Ponte s’assuraient leur réussite. La pièce avait même été interdite par Joseph II en 1785 au Théâtre de Vienne. Devait-elle trop exposer sur le devant de la scène les contradictions d’un régime déjà vacillant, prêt à sombrer avec la Révolution française ? La nouvelle production de Netia Jones conserve l’essence même de la pièce de Beaumarchais en questionnant avec humour mais non sans espièglerie les rapports humains, dans une production qui vient confondre réalité et fiction au point de se demander, comme le Comte : « Jouons-nous une comédie ? »

Mercredi 15 décembre à 19h15

TOSCA

En direct du Royal Opera House de Londres

Durée : 3 heures et 25 minutes (inclut deux entractes)

Language : Chanté en italien avec sous-titres

Musique Giacomo Puccini

Livret Giuseppe Giacosa and Luigi Illic

Metteur en scène Jonathan Kent

Le chœur duRoyal Opera
L’orchestre du Royal Opera House

Avec : Elena Stikina (Floria Tosca), Bryan Hymel (Mario Cavaradossi), Alexey Markov (baron Scarpia), Hubert Francis (Spoletta), Yuriy Yurchuk (Cesare Angelotti), Jeremy White (Sacristan), Jihoon Kim (Sciarrone)

Une romance, une tragédie et un thriller : voyagez dans la Rome du 19e siècle grâce à l’opéra passionné et politique de Puccini.

La malveillance du baron Scarpia, le chef de la police, s’insinue dans le monde romantique du peintre idéaliste Cavaradossiet de sa sensuelle maîtresse Tosca, avec des conséquences fatales. Elena Stikina, Bryan Hymel et Alexey Markov donnent vie à l’un des opéras les plus appréciés du répertoire du Royal Opera : Toscade Puccini. Des célèbres accords démoniaques sur lesquels il s’ouvre, au choc violent causé par la conclusion inattendue de l’opéra, la tension ne retombe jamais. L’amour et le mal se livrent un combat palpitant dans l’intense production de Jonathan Kent.

Suite de la programmation à venir…

Jeudi 11 novembre 2021 à 19h30

LA FLÛTE ENCHANTÉE

Opéra Singspiel en deux actes (1791) de Wolfgang Amadeus Mozart

Glyndebourne , 2h53, 1 entracte, VOstf allemand sous titrée en français

Direction musicale:  Ryan Wigglesworth

Mise en scène, décors et costumes: Barbe & Doucet

Livret: Emanuel Schikaneder

Direction musicale: Ryan Wigglesworth

Avec David Portillo, Sofia Fomina, Brindley Sherratt, Björn Bürger, Caroline Wettergreen
Monostatos / Jörg Schneider, Esther Dierkes, Marta Fontanals-Simmons, Katharina Magiera, Michael Kraus, Alison Rose, Thomas Atkins, Martin Snell

Ici, on est plongé dans un univers à la fois drôle, joli et intelligent, une sorte de revue de music-hall pour les spectateurs de 7 à 107 ans, avec des énigmes sans vraies réponses, une action déplacée dans un grand hôtel viennois, singulièrement ses cuisines, recréées avec une poésie cartoonesque et propre à la surprise, à l’émerveillement et même à la réflexion sur la condition des femmes, au rythme de la plus belle musique du monde, celle de Mozart.

Suite de la programmation à venir…

En direct du palais Garnier, jeudi 21 octobre 2021 à 19h15

LE ROUGE ET LE NOIR

Ballet en trois actes de Pierre Lacotte, 2h30, 2 entractes

Musique Jules Massenet

Direction musicale  Jonathan Darlington

Livret / Pierre Lacotte D’après le roman de Stendhal

Les Étoiles, les Premiers Danseurs et le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris

Dans les années 1830, à l’époque de la Restauration, Julien Sorel, jeune homme irrésistible de 18 ans, connaît une ascension fulgurante. Protégé par l’abbé Chélan, il s’introduit dans le monde de l’aristocratie au cœur des luttes de pouvoir. Le Rouge et le Noir est le récit d’une vie tumultueuse, où l’amour se révèle la plus dangereuse des passions. Madame de Rênal et Mathilde de La Mole entraînent le héros dans les méandres d’un XIXe siècle où désir, politique et religion sont la toile de fond d’une étude de caractères enlevée. Dans des décors et costumes fastueux qu’il a lui‑même imaginés, Pierre Lacotte, à qui l’on doit la reconstitution de La Sylphide, Paquita ou encore Coppélia, propose une création entièrement nouvelle à partir du roman de Stendhal, accompagnée par un florilège musical de Jules Massenet.

Samedi 9 octobre 2021 à 14h00

FAUST

Opéra en cinq actes (1859)  de Charles Gounod

Opéra Bastille, 3h25, 2 entractes

Direction musicale Lorenzo Viotti

Mise en scène Tobias Kratzer

Orchestre et Chœurs de l’Opéra national de Paris
Avec : Benjamin Bernheim, Christian Van Horn, Ermonela Jaho, Florian Sempey, Michèle Losier, Christian Helmer, Sylvie Brunet‑Grupposo, Jean-Yves Chilot

Je veux un trésor, qui les contient tous ! Je veux la jeunesse ! Frustré par la quête futile du savoir, le vieux savant Faust vend son âme au diable en échange de la jeunesse éternelle et de la belle Marguerite… Gounod retravaille le mythe popularisé par Goethe pour s’attacher à l’histoire d’amour et magnifie la chute et le salut final de Marguerite. Son choix d’alléger la portée philosophique du récit lui permet de trouver un équilibre entre les scènes où le surnaturel fait appel au grand spectacle et un univers réglé par l’intériorité de l’action et des sentiments. La partition de Gounod est un tour de force d’invention mélodique, révélant dans l’écriture vocale l’art du compositeur à transmettre une émotion sincère et immédiate. Pour ses débuts à l’Opéra national de Paris, le metteur en scène allemand Tobias Kratzer livre une réflexion sur l’obsession pour la jeunesse éternelle de la société contemporaine. Grâce à un dispositif scénique élaboré, sa mise en scène oscille entre hyperréalisme et magie, entre le monde d’aujourd’hui et l’atmosphère mystérieuse du romantisme allemand.