OPERAS & BALLETS
Saison 2021- 2022 au Cinéma de Beaulieu – programmation à venir

Compte tenu de la situation, nous ne sommes pas en mesure de proposer d’abonnement.

Tarif plein 21€

Tarif réduit (chômeur et – de 25 ans ) 12€

Les séances passées

Samedi 26 juin 14h30

Notre-Dame de Paris – Ballet Opéra Bastille – 1h50

Première pièce de Roland Petit créée pour le Ballet de l’Opéra de Paris en 1965, Notre-Dame de Paris réunit tous les ingrédients du grand spectacle.

Le ballet s’inspire du chef-d’œuvre de Victor Hugo, avec ses personnages hauts en couleur : la belle Esmeralda, l’attachant Quasimodo, le machiavélique Frollo et le cynique Phoebus.

Yves Saint Laurent signe des costumes colorés et graphiques dans les décors du peintre René Allio qui restituent la splendeur de la cathédrale parisienne. 

À l’occasion du dixième anniversaire de la disparition du chorégraphe, la Compagnie redonne vie à cette magnifique fresque dansante, sur la scène de l’Opéra Bastille.

Samedi 5 juin 14h00

TOSCA

Teatro alla Scala – 2h50

Giacomo Puccini – Dir.music Riccardo Chailly – Mise en sc. Davide Livermore

Avec Anna Netrebko, Francesco Meli, Luca Salsi, Carlo Cigni, Alfonso Antoniozzi 

Bouleversante d’intensité théâtrale, Tosca est une œuvre portée par une musique à la fois moderne et populaire, à l’impact directement physique, dans laquelle il n’y a pas un moment qui n’agrippe l’oreille et le cœur. Mais il faut des chanteurs-acteurs qui soient à la mesure de ces rôles superlatifs : pour ce spectacle filmé à la Scala de Milan, l’événement était la prise de rôle en Tosca de la fabuleuse Anna Netrebko, présence flamboyante, sensualité fougueuse, intelligence scénique époustouflante. Avec aussi le prometteur ténor italien Francesco Meli en Mario, le baryton Luca Salsi, séducteur et carnassier en Scarpia, tous trois sont portés par une fièvre sans cesse attisée par la direction ardente de Riccardo Chailly. Avec eux, vous ne pourrez échapper aux sortilèges de cette musique envoûtante et tragique, déployée dans des décors somptueux et une mise en scène très cinématographique.

Jeudi 15 octobre à 20h et samedi 24 octobre à 14h00

L’ITALIENNE À ALGER

Festival de Salzbourg

Gioachino Rossini- Direction musicale Jean-Christophe Spinosi – Mise en scène  Moshe Leiser, Patrice Caurier – Avec Cecilia Bartoli, Ildar Abdrazakov, Edgardo Rochan – 3h10

Composée par Rossini à vingt et un ans, en trois semaines, L’Italienne à Alger a d’emblée conquis le public et reste encore aujourd’hui l’un des fleurons de l’opéra bouffe à la napolitaine. Dans cette production filmée au Festival de Salzbourg, les metteurs en scène Patrice Caurier et Moshe Leiser s’en donnent à cœur joie dans une transposition iconoclaste qui réjouit le public : à l’heure où l’Algérie entame sa mutation, cette plongée dans un univers complètement déjanté tient de la BD, de la parodie, de l’opérette et parfois de la franche rigolade. Mais tout cela ne tiendrait pas sans la troupe déchainée menée par une Cecilia Bartoli irrésistible et un Ildar Abdrazakov quasi surréaliste, sous la baguette amphétaminée de Jean-Christophe Spinosi. Il y a là ce qui a toujours été la préoccupation de Rossini, le plaisir !

Mardi 22 septembre à 19h30 et samedi 26 septembre à 14h00

MANON

Enregistré l’Opéra National de Paris, Paris Bastille.

Musique Jules Massenet
Direction musicale Dan Ettinger
Mise en scène Vincent Huguet
Avec Pretty Yende, Benjamin Bernheim, Ludovic Tézier

Lorsque l’abbé Prévost signe en 1731 L’Histoire du chevalier des Grieux et de Manon Lescaut – qui inspirera à Massenet sa Manon – c’est le tableau d’une époque qu’il nous livre : celle de la Régence, qui voit la vieille société s’éteindre tandis qu’une nouvelle semble naître, pleine de la promesse d’une liberté nouvelle. C’est entre ces mondes qu’évolue Manon, fuyant le couvent pour embrasser les chemins du désir et de la transgression, et se jeter à corps perdu dans une passion brûlante et autodestructrice avec des Grieux. Une parenthèse s’ouvre, qui se refermera dans la douleur et dans la nuit. Le metteur en scène Vincent Huguet s’affranchit du taffetas historique de l’œuvre pour en faire ressurgir toute la violence.